jeudi 22 avril 2010

lu dans le métro

Les habiles, les jongleurs de mots, sont plus éloignes de la poésie que cet homme qui, sans parole aucune, se défait de sa journée, le regard tourné vers un arbre ou le coeur attentif à la voix d'un ami. Andrée Chédid
Posté par graelizia à 17:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]